2016
France
Long métrage documentaire

Chant Acier

Réalisé par Emmanuel Roy - Auteur : François Bon

Image
Emmanuel Roy, François Bon
Musique
Vincent Segal
Production
Pages & Images

Travail - Usine - Littérature - Nouvelles écritures - Webdoc

Chant Acier est une expérience documentaire et littéraire immersive au cœur de l’usine sidérurgique de Fos-sur-Mer « dite et vue par ceux qui y travaillent ». Il est produit par la société montpelliéraine Pages & Images.

Expérience interactive d’une durée de 40 minutes accompagnée de 8 interviews.
Année : 2016
Auteur : François Bon
Réalisation : Emmanuel Roy
Conception interactive : Annabel Roux
Directeur artistique : Policestudio
Développement : 3 Yaourts
Musique : Vincent Segal
Chef de projet : Corinne Cartaillac
Producteur : Youssef Charifi
Production : Pages & Images
Avec la participation de : France Télévisions nouvelles écritures, Centre national de la cinématographie et de l’image animée, ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.
Avec le soutien de : Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

François Bon est né en 1953, en Vendée. Après des études d’ingénieur (Arts et Métiers) inachevées, il travaille plusieurs années dans l’industrie, en France et à l’étranger, et publie son premier livre, Sortie d’usine, aux Éditions de Minuit en 1982. Il se consacrera dès lors à ses activités littéraires, publiant notamment Rolling Stones, une biographie (2002), ou Daewoo (2004).
Dès 1993, il commence une recherche continue dans le domaine des ateliers d’écriture, qui le conduit à enseigner désormais l’écriture créative à l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy. Présent dès 1997 sur Internet, son site www.tierslivre.net est une plateforme d’expérimentation reconnue pour la littérature sur le web. Dernier livre publié : Fictions du corps, L’Atelier contemporain (2016).

Emmanuel Roy est né en 1976. Il est le réalisateur et monteur du film Chant Acier. Auparavant, il a réalisé deux films très personnels : La Part du feu (long-métrage documentaire sorti au cinéma en novembre 2013) et Histoires d'oeufs (moyen-métrage documentaire, 2006). Aime les projets atypiques et les belles collaborations, comme avec Blandine Grosjean pour Nos chers paradis (52 min, diffusé sur ARTE en novembre 2015). Termine actuellement un second documentaire interactif : How to make a Ken Loach film (produit par Upian et Sixteen Films pour ARTE). Mène en parallèle différents types d’ateliers de création avec des étudiants, des jeunes de centres sociaux, des personnes détenues, en réinsertion, et de divers horizons, au sein des Ateliers Varan à Paris et d’autres structures en région PACA.

L’USINE DITE ET VUE PAR CEUX QUI Y TRAVAILLENT, François Bon, septembre 2016
« L’usine sidérurgique de Fos-sur-Mer est née dans les années 1970, elle a été le plus grand chantier de France. Abouchée à la mer, elle transforme en acier le minerai reçu et le renvoie par la mer, dans un ballet incessant de bateaux.
Aujourd’hui, après cinq changements de propriétaire, elle est la propriété du Mittal, simple pièce d’un échiquier mondialisé. Elle produit toujours plus de cent-soixante variétés des aciers aux usages les plus modernes.
Et dans les immenses bâtiments (le laminoir fait plus de huit cents mètres de long), on se confronte toujours aux plus vieux éléments du conflit entre l’homme et la nature : tout part du feu, y ramène, dans une échelle disproportionnée et magique. Tout cela dans une transformation sociale qui continue d’évoluer : automatismes, intérimaires, sécurité, et l’usine Seveso, construite à l’écart de toutes villes, est aujourd’hui rattrapée par Marseille métropole.
On m’a proposé, il y a trois ans, un atelier d’écriture avec elles et eux, les sidérurgistes. Jeunes femmes ingénieures ou ouvriers postés. Celui qui jette la cendre de riz sur la coulée en fusion, ou celui qui arpente pour réparer les moindres recoins de l’usine. Pour moi, le premier choc lié à la découverte des aciéries de Lorraine, il y a trois décennies, était esthétique autant qu’humain.
C’est cela qu’avec eux j’ai voulu chercher. Dire le travail, et dire ce qu’il y a dans la tête quand on y travaille. Le beau et le risque. La fatalité et la révolte. Le quotidien et le corps. On a eu la chance d’écrire toute une saison, dans la salle de répétition du théâtre de Fos-sur-Mer, mise à notre disposition.
Alors commençait un autre voyage : filmer l’usine depuis les textes, et non pas depuis notre oeil à nous. Et l’invention d’un objet qui nous immerge dans cette réalité violente et mouvante. Permettre l’interaction avec les mots et les voix.
Suivre le parcours depuis le minerai jusqu’à la bobine qui repart, mais depuis l’intérieur même de ce qu’ils en vivent, rêvent, agissent ou craignent. »
François Bon

Financement de la Région Languedoc-Roussillon
Oui
Accompagnement par la commission du film / LR Cinéma
Non
Chaîne de diffusion
France Télévisions nouvelles écritures
Imprimer cette fiche
  • Mimi

    Laure Pradal
    2018
    74 min

    La vie, à fond. Envers et contre tout. C’est l’histoire de Mimi. Le corps tordu par une maladie génétique, celle qui se définit comme une « marionnette montée à l’envers » a bousculé les pronostics médicaux et survécu à tout.

    En savoir plus
  • Armonìa, Franco et mon grand-père. Affiche du film de Xavier Ladjointe

    Armonìa, Franco et mon grand-père

    Xavier Ladjointe
    2017
    80 min

    « Ma mère refuse de me parler du passé. Je pars alors en Espagne avec elle pour filmer notre histoire familiale. Mais cette quête vire bientôt à l’obsession de connaître la vérité sur mon grand-père qui prend peu à peu la place d’un mentor dans ma propre vie en plein questionnement.

    En savoir plus
  • Ce qu'on y gagne. Affiche du film de Jean-Philippe Rimbaud

    Ce qu’on y gagne

    Jean-Philippe Rimbaud
    2017
    65 min

    Collège Condorcet, quartier Pissevin à Nîmes. Dans six mois, Hinde, Soulimen, Hilma, Houria, Leïla, Jaouad et Fayel quitteront le collège, leurs professeurs et la classe orchestre.

    En savoir plus
  • Les morts ne veulent pas nager. Photo du film de Marco Bentz

    Les morts ne veulent pas nager

    Marco Bentz et Brigitte Bousquet
    2017
    80 min

    Les morts ne veulent pas nager (Los muertos no quieren nadar) se déroule au fil d’un lent périple sur l’Amazone durant la crue annuelle.

    En savoir plus