Retour sur le salon Virtuality

Témoignage de Valérie Pothet

Valérie Pothet, assistante réalisatrice et autrice, a passé trois jours au salon Virtuality (Paris, 8-10 février 2018).

Quels étaient vos objectifs de participation ?

Les objectifs de ma participation étaient :
- mieux connaître le secteur de la VR en rencontrant un maximum de professionnels et en assistant à un maximum de conférences ;
- échanger avec eux sur la viabilité de leur développement vers la VR, leurs ressentis sur l'état actuel du marché, leurs perspectives ;
- échanger avec eux sur les processus de production de leurs projets (financement, production, diffusion) ;
- leur présenter des idées personnelles de projets VR ;
- essayer un maximum d'expériences VR, et prendre ainsi la mesure de ce qui se fait actuellement.

Quel a été votre programme pendant l'évènement ?

J'ai rempli l'ensemble des objectifs ci-dessus.
Ce qui s'est ajouté à ce programme et que je n'avais pas anticipé, c'est la découverte d'un grand nombre de professionnels des affaires (banques, immobiliers, publicitaires) et du divertissement type salles d'arcade. Ils ont représenté pas moins de la moitié des professionnels présents sur le salon. J'ai donc choisi d'écouter également leurs conférences et leur vision du développement de ce marché. J'ai passé plusieurs heures à rencontrer les entreprises axées "culture & artistique" : MK2, Novelab, Arte, Third Circle, 360°, DVGroup, Canadian Film Center, et parfois à échanger avec les réalisateurs et producteurs présents. J'ai assisté à une dizaine de talks par jour, incluant les professionnels techniques et financiers du secteur : BNP, Microsoft, Orange. J'ai également visité et essayé les expériences plus "gaming" de l'ensemble des stands relatifs à l'entertainment et au location-based : Ubisoft, Jungle VR, Smart VR, et ai ainsi pu me faire une idée de l'offre "divertissement grand public" de ce secteur.

Avez-vous pu nouer quelques partenariats ?

J'ai récupéré un très grand nombre de contacts directs de personnes que j'ai classés selon leur place dans le processus de production d'un projet VR. Ainsi, si je suis amenée à développer ou participer au développement d'un projet VR, je saurai à qui m'adresser directement et comment.

Ce salon a-t-il été l'occasion d'approfondir vos connaissances dans le domaine des nouvelles écritures ?

Je ne connaissais le secteur que par mes recherches et ma veille personnelle, mais je n'avais jamais eu l'occasion de m'immerger ainsi dans l'univers de la VR et d'essayer ses dernières créations. Grâce aux échanges et aux conférences auxquels j'ai assisté, j'ai pu me faire une opinion assez fine de l'état du secteur : où en est-il, où souhaite-t-il se développer, où y a-t-il de la place pour l'innovation et avec qui créer de nouveaux projets ? Cela m'a à la fois beaucoup éclairée et beaucoup inspirée.

Quels sont, selon vous, les points forts de cet évènement ?

- La diversité des professionnels présents, la variété de leurs secteurs d'activité au sein de la VR ;
- La possibilité d'essayer des produits et de participer à des expériences VR très diverses en un même lieu, ce qu'on ne peut faire nulle part ailleurs ;
- L'échelle du salon est assez parfaite : on peut à peu près tout faire en 3 jours ;
- L'ambiance est plutôt détendue : ne s'agissant pas d'un secteur très marchand pour le moment, les professionnels sont tout à fait disposés à échanger, ils ont le temps et la motivation pour cela, ils sont ouverts à la discussion sur les possibilités de développement, sur les problématiques rencontrées, sur leurs propres doutes et leurs espérances ;
- Les outils de mise en réseau : en s'inscrivant au salon, on peut programmer des RDV à l'avance, via leur plateforme ;
- Plusieurs invités des talks n'étaient pas exposants, plutôt des "penseurs" de l'avenir de la VR, qui partageaient avec générosité leur vision du secteur, les doutes et les craintes que cela peut susciter, etc ;
- La dimension internationale des professionnels présents.

Quels seraient vos conseils pour assister à ce salon ?

Le salon n'est pas vraiment organisé en fonction des corps de métiers de la VR. Il faut donc un peu de temps pour repérer qui fait quoi, en amont. Mais cela pousse à interroger directement les exposants : et vous, que proposez vous ?