Du 28 Juillet 2020 au 30 Juillet 2020
Lozère (Sainte Enimie), Domaine départemental des Boissets

Projection Les Tourmentes

Un long métrage documentaire de Pierre-Yves Vandeweerd
Affiche Les Tourmentes

L'association ArteLozera (en collaboration avec les Scènes Croisées de Lozère, l'association Cinéco et l'association La Nouvelle Dimension) organise tout au long de l'été des propositions artistiques en dialogue avec le paysage : expositions, ateliers, conférences, concerts et projections au Domaine départemental des Boissets en Lozère. Ce projet baptisé La Maison dans le ciel accueillera aussi le fruit des résidences d'artistes effectuées en 2019 sur le domaine.

Retrouvez tout le programme ci-dessous.

Deux films tournés en région seront projetés à la tombée de la nuit. Les projections seront précédées d'un repas à 20h : 

- Les Tourmentes de Pierre-Yves Vandeweerd (Zeugma Films / Cobra Films, 2013), tourné en Lozère entre 2011 et 2012 : 

La tourmente est une tempête de neige qui désoriente et égare. Elle est aussi le nom donné à une mélancolie provoquée par la dureté et la longueur des hivers.
Là où souffle la tourmente, des hommes érigèrent des clochers pour rappeler les égarés. Et des bergers, au gré de leurs transhumances, usèrent de leurs troupeaux pour invoquer des âmes perdues ou oubliées.
Guidé par les sonnailles d’un troupeau et par les évocations des égarés, ce film est une traversée des tourmentes ; celles des montagnes et de l’hiver, des corps et des âmes, celles qui nous révèlent que ce que la nature ne peut obtenir de notre raison, elle l’obtient de notre folie.

Trois séances sont prévues du 28 au 30 juillet. Le mercredi 29 juillet, le réalisateur sera là pour présenter son film.

 

- Les Heures heureuses de Martines Deyres (Les Films du Tambour de Soie, 2019), tourné à St Alban en Lozère :

Pendant la seconde guerre mondiale, 45 000 internés sont morts dans les hôpitaux psychiatriques français. Un seul lieu échappe à cette hécatombe : l’asile d’un village isolé du centre de la France. À Saint-Alban, soignants, religieuses et malades ont travaillé côte-à-côte à la survie de tous pour tous. Sur fond de résistance active, les médecins ont entraîné toute une communauté dans l’élaboration d’une nouvelle conception de la psychiatrie et de la place du fou dans la société.

Trois séances sont prévues du 25 au 27 août. Le mardi 25 août, la réalisatrice sera présente pour accompagner son film.