Languedoc-Roussillon Cinéma avec les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel

Languedoc-Roussillon Cinéma avec les professionnels du cinéma et de l'audiovisuel.

Si la région Languedoc-Roussillon est devenue un vaste plateau de tournages de films et téléfilms, c'est grâce à sa politique volontariste de soutien financier apporté aux productions et aussi par la présence en région de professionnels talentueux travaillant sur ces films : techniciens, comédiens...
Et si la tendance générale est l'accroissement année après année du nombre de jours de tournages de ces professionnels, c'est également parce que sont installés en région des sociétés de production, des réalisateurs, des professionnels de tous les métiers, formant un tissu riche dont des démarches récentes ont souligné le fort désir de se structurer encore mieux.
Ces films ont un impact culturel, artistique et touristique qui participe de manière importante au développement de l’économie en région.
Il existe clairement une dynamique en région Languedoc-Roussillon, dont certains signes sont réellement encourageants.
Ce travail en région n'est possible que parce qu'existe en France une couverture d'assurance chômage spécifique à ces métiers à "emploi discontinu" et à employeurs multiples : le régime dit de "l'intermittence du spectacle" qui n'est ni un statut ni un métier, mais une catégorie spécifique (annexes 8 et 10) de l'assurance chômage qui prend en compte la spécificité de ces métiers.
La remise en cause de ce régime serait pour la région la remise en cause du travail effectué depuis des années pour que le Languedoc-Roussillon devienne ce territoire de cinéma qu'elle est devenue aujourd'hui.
C'est pour cela que l'association Languedoc-Roussillon Cinéma soutient évidemment la lutte des intermittents.
Nous sommes aux côtés de toutes celles et ceux qui réclament que soient examinées les propositions de remise à plat de ce régime élaborées depuis dix ans. Depuis 2003 en effet et le précédent mouvement qui avait notamment conduit à l'annulation du Festival d'Avignon, la Coordination des Intermittents et Précaires, des syndicalistes, des parlementaires, des universitaires ont consulté, travaillé ensemble et élaboré des contre-propositions à la situation actuelle, situation renouvelée et dégradée par l'accord du 22 mars dernier.
Nous souhaitons que ces propositions soient à nouveau examinées pour arriver enfin, à une stabilité dans le domaine de l'emploi dans les secteurs de l'audiovisuel et du spectacle vivant, et ainsi ne pas rajouter de la précarité à des quotidiens qui le sont déjà hélas souvent.

Languedoc-Roussillon Cinéma